Fermer×
Retour au blogue

PHOTO ET UTILISATION RESPONSABLES DES RÉSEAUX SOCIAUX

Pour un nouvel art de vivre le plein air en famille en Outaouais

Cet article fait partie d’une série visant à faire découvrir l’éthique du plein air et les sept principes Sans trace à vous et votre famille. Cette série est une invitation à un nouvel art de vivre le plein air pour mieux préserver la beauté et le caractère sauvage de la nature en Outaouais. C’est aussi l’occasion d’en apprendre plus pour réduire l’impact de vos activités chaque fois que vous sortez à l’extérieur. Parlons photo et réseaux sociaux ainsi que de l’utilisation que vous pouvez en faire pour encourager les autres à prendre soin des milieux naturels que vous chérissez.

Combien de photos partagées sur les réseaux sociaux pour exprimer son ravissement devant la beauté d’un paysage ou son sentiment de bien-être dans un milieu naturel. Que d’expériences inoubliables vécues en famille ou entre amis exposées aux autres. Et que dire des angles de vue impressionnants captés par drone qu’on s’empresse de publier. Ou encore du partage enthousiaste de la localisation de ces sites ou de ces sentiers qu’on adore.

Il n’y a pas de doute que cette formidable utilisation des réseaux sociaux a incité plus de familles à jouer dehors et à découvrir l’Outaouais sous un jour nouveau. Dans certains cas, il faut reconnaître que l’affluence et le comportement inadéquat des adeptes de plein air ont entraîné des dommages dans les milieux naturels. On peut se demander si ces sites auraient été aussi impactés si cela n’avait pas été d’Instagram, de Facebook ou de Pinterest.

Puisque les réseaux sociaux sont là pour de bon, pourquoi ne pas en profiter pour publier des contenus qui inciteront les gens à accorder davantage d’attention aux impacts négatifs de leurs activités en plein air? Je vous propose de considérer ce qui suit au moment de créer ou de partager vos prochaines publications.

Soigner son image – vos photos parlent pour vous

Vous avez sûrement déjà vu passer des photos montrant un immense feu de joie allumé sur la plage d’un lac ou des visiteurs partageant leur pique-nique avec une famille de ratons laveurs, ou encore une tente aux couleurs flamboyantes plantée sur un tapis de végétation. La publication de telles images encourage les autres à adopter les mêmes façons de faire sans se douter qu’ils risquent ainsi de nuire aux milieux naturels. Les sept principes Sans trace fournissent un cadre de référence sur les pratiques de réduction des impacts à la portée de toute personne qui passe du temps en plein air. En consultant les sept principes, vous vous assurerez d’agir de manière respectueuse et de pouvoir refléter en photo un comportement adéquat en toute circonstance. Vous augmenterez les chances que les autres veulent suivre votre exemple en accompagnant vos photos d’information à ce sujet.

Conserver l’état original des lieux

Si vous devez déplacer des roches ou des rondins pour vous en servir comme bancs ou tables, n’oubliez pas de les remettre à leur place d’origine avant de quitter les lieux. Vous préserverez ainsi pour les autres le caractère rustique qui donne tout leur charme aux photos prises dans les milieux naturels.

Utiliser les drones – mais pas partout et selon les règles

Les vues aériennes captées en photo ou en vidéo par les drones révèlent les paysages d’une manière totalement inédite. Si vous optez pour l’utilisation récréative d’un drone, vous devez savoir qu’elle est soumise à des règles très strictes et qu’elle est souvent interdite dans les parcs. Renseignez-vous auprès de Transports Canada, de votre municipalité et du gestionnaire du site que vous planifiez de visiter pour connaître les règles en vigueur et les précautions à prendre.

Lorsque la réglementation le permet, les drones doivent être manipulés avec prudence et à distance réglementaire des autres personnes et des animaux pour éviter de les exposer à des nuisances ou des risques de blessure. De plus, vous devez veiller à ne pas porter atteinte à la vie privée et à la quiétude des personnes alors que celles-ci souhaitent simplement vivre discrètement leur expérience dans la nature.

Y penser à deux fois avant de géolocaliser – pas toujours une bonne idée de localiser un site ou un sentier en particulier

Des adeptes de plein air en quête d’expériences exceptionnelles se retrouvent en trop grand nombre sur des sites de prédilection tandis que d’autres développent leurs propres réseaux de sentiers malgré les interdictions. La surfréquentation de certains sites de plein air et la création de sentiers informels posent de grands défis aux gestionnaires, d’autant plus en période de pandémie. Plusieurs en sont venus à restreindre l’accès ou à facturer des frais pour les aider à assumer les coûts d’assurance, d’aménagement ou de gestion des impacts.

Si vous tenez à géolocaliser un endroit, vous pouvez choisir de le faire de manière générale au lieu d’attirer les gens vers un site précis. Validez votre intention en vous renseignant à l’avance auprès du gestionnaire de territoire ou de la municipalité. Profitez-en pour obtenir des informations que vous pourrez partager à votre tour sur les réseaux sociaux : l’état du site et les conditions saisonnières, le tracé officiel des sentiers, la fermeture des sentiers illicites, les droits de passage sur les terres privées, les aires de nidification ou de mise bas de la faune, etc.

Éviter le danger pour épater la galerie – ça vaut pour vous et pour la faune

S’approcher trop près du bord d’un rocher ou d’une falaise pour faire LA photo des photos n’est pas sécuritaire. Le vent, les surfaces glissantes, une inattention ou un geste malhabile sont la cause d’un plus grand nombre de chutes qu’on pourrait le croire. Le port de bottes ou de chaussures munies de semelles antidérapantes est une mesure de prévention fortement recommandée. N’oubliez pas d’y ajouter des crampons aussitôt que le froid se mettra de la partie ou que vous partirez en montagne tôt au printemps.

L’utilisation d’un zoom est plus sécuritaire que de tenter de s’approcher d’un animal pour le photographier ou le filmer. Si vous ne possédez pas ce genre d’équipement, vous devez apprendre à garder vos distances et à reconnaître les signes de nervosité chez un animal dont vous êtes trop proche ou dont vous gênez les habitudes.

Connaissez-vous la règle du pouce? C’est une méthode toute simple qui vous servira justement à évaluer la distance minimale à respecter en présence d’un animal. Levez le bras devant vous, fermez un œil, serrez le poing et levez le pouce en l’air. Puis, reculez jusqu’à ce que la forme de votre pouce cache complètement le corps de l’animal. Plus la taille de l’animal est imposante et plus vous devrez vous éloigner pour lui laisser le champ libre.

Restez à l’affût de tout changement de comportement pour savoir si vous devez rebrousser chemin ou faire un grand détour. Un animal signale que vous représentez une menace pour lui ou pour ses petits si son poil est dressé sur le corps, que ses oreilles sont couchées vers l’arrière, qu’il montre des signes de nervosité ou qu’il interrompt ses activités. Ne le forcez pas à s’enfuir, rebroussez chemin ou quittez calmement les lieux. Vous pourrez refaire une autre tentative à un autre moment tout en gardant vos distances.

Redonner pour le plein air – don et implication bénévole

Les réseaux sociaux ont le pouvoir d’amplifier votre appel à prendre soin de ce que vous chérissez. Publiez des photos pour montrer les retombées de la campagne de financement ou de la corvée de bénévolat à laquelle vous avez contribué. Profitez-en pour partager de l’information sur les prochaines occasions de redonner pour le plein air en Outaouais.

 

Danielle Landry a fondé et dirige De ville en forêt dans le but de perfectionner le savoir-faire québécois en matière d’éducation des publics au plein air responsable et durable. Elle a contribué à la publication du guide d’activités « L’éthique du plein air et les sept principes Sans trace » aux Éditions Rando Québec en 2019. Elle collabore fièrement avec Loisir sport Outaouais au déploiement du programme Sans trace dans la région.

Sources pour aller plus loin : 

DeVilleEnForet.com

SansTrace.ca

Nouvel art de vivre le plein air en famille en Outaouais | Une série d’articles portant sur l’éthique du plein air et les sept principes Sans trace

Initiation à l’éthique du plein air

Un feu de camp écolo ?

Une boisson chaude pour votre prochaine sortie ?

Câlin d’arbre en temps de coronavirus

Toilette en plein air

Respect pour les animaux sauvages

Si les sentiers pouvaient parler