Retour au trucs & astuces

UN FEU DE CAMP ÉCOLO ?

Cet article est le deuxième d’une série visant à faire découvrir l’éthique du plein air et les sept principes Sans trace à votre famille. Je souhaite vous aider à réduire l’impact de vos activités sur les écosystèmes et les habitats afin que vous profitiez pleinement de la nature encore sauvage de l’Outaouais. Aujourd’hui, parlons feu de camp et solutions de rechange.

Réinventer le feu de camp

Les familles savent s’inventer des rituels pour donner un sens tout particulier aux moments partagé ensemble. Depuis longtemps, le feu de camp rythme les activités en plein air. C’est souvent le moment de la journée où tout le monde est réuni pour passer un bon moment.

Mais ce super créateur de moments mémorables est aussi un hyper consommateur de ressources naturelles et émetteur de polluants atmosphériques. Chaque année, il est également responsable de la destruction d’hectares de forêt et de dommages aux infrastructures.

Le temps est venu de réinventer ce rituel si cher au cœur des familles. Je vous propose d’adopter quelques techniques à faible impact afin de minimiser l’impact des feux (principe Sans trace no5). Elles sont simples et efficaces, et vous pourrez facilement les enseigner à vos enfants.

Veiller à la chandelle

De toutes les activités en plein air, les feux à ciel ouvert sont les plus couramment sujets à des restrictions dans les parcs. Et la tendance devrait s’accélérer en raison du réchauffement climatique qui occasionnera des épisodes de sécheresse plus longs et plus nombreux. Que diriez-vous alors de remplacer la soirée autour du feu par la veillée à la lueur des lanternes, au clair de lune ou sous le ciel étoilé? Pour ma part, chaque fois que j’invite mes amis et leurs enfants à vivre cette nouvelle façon de faire, le charme opère. Je vous suggère donc quelques solutions de rechange au feu de camp.

Je vous invite à un nouvel art de vivre le plein air en famille en Outaouais. À très bientôt!

Des solutions de rechange au feu de camp

  • Garder le corps bien au chaud en portant une tuque et en enfilant une couche supplémentaire avant que les premiers frissons apparaissent. Prévoir un coupe-vent, un chandail ou un manteau de plus dans ses bagages.
  • Admirer le ciel étoilé. Repérer un site pour l’observation, allumer sa lampe frontale pour s’approcher en toute sécurité, éteindre sa lampe une fois sur place, parler à voix basse.
  • Se rassembler autour d’une lanterne à bougie. Pour un effet plus saisissant, allumer plusieurs lanternes en même temps. Fabriquer une lanterne durable à partir d’une boîte de conserve ou d’un bocal ou s’en procurer un modèle en magasin.Éliminer tout risque d’allumer un feu de forêt ou d’enflammer sa tente. Pour ce faire, poser la lanterne sur un emplacement de feu aménagé. Sinon, la déposer sur le sol nu, du sable ou sur une pierre qui n’est pas recouverte de mousse ni de lichen. Enlever toute matière organique (feuilles mortes, aiguilles de conifère, débris de bois, bouts de charbon de bois, etc. à proximité). Ne pas allumer de lanterne à l’intérieur d’une tente. Éteindre la bougie avant de quitter les lieux ou d’aller dormir.
  • Improviser un éclairage tamisé à l’aide d’une lampe frontale et d’une bouteille en matière durable. Opter pour des piles rechargeables et les charger avant de partir. Prévoir des piles de rechange pour éviter les déceptions.

Des techniques de feu à faible impact

Pour plus d’information : Sans trace Canada

  • Opter pour la cuisine au réchaud.
  • Avant de penser à faire un feu, vérifier si les feux à ciel ouvert sont permis et si les ressources locales en bois sont suffisantes. S’informer des précautions à prendre.
  • Utiliser le bois de chauffage fourni sur place.
  • Si la récolte de combustible pour le feu est autorisée, ramasser du bois sec en quantité limitée. S’éloigner de l’aire de feu et se déplacer sur une assez grande surface pour éviter de cueillir le bois tout au même endroit. Se limiter au bois sec dont le diamètre ne dépasse pas le tour d’un poignet.
  • Construire un feu de petite taille sur un emplacement désigné. En l’absence d’un tel emplacement, construire le feu dans les règles de l’art sur un terreau de terre minérale ou dans une vasque ou une boîte à feu.
  • Éliminer tout risque de propagation du feu. Suivre les conseils de sécurité de la SOPFEU. Éteindre le feu avant de quitter les lieux ou d’aller dormir.
  • Remettre l’aire de feu à son état naturel une fois que les cendres sont bien refroidies.

 

Danielle Landry a fondé et dirige De ville en forêt dans le but d’appuyer le développement du savoir-faire québécois en matière d’éducation des publics à la fréquentation responsable des aires naturelles. Elle a contribué à la publication du guide d’activités «L’éthique du plein air et les sept principes Sans trace» aux Éditions Rando Québec en 2019. Elle collabore fièrement avec Loisir Sport Outaouais au déploiement du programme Sans trace dans la région. DeVilleEnForet.com

Nouvel art de vivre le plein air en famille en Outaouais | Une série d’articles portant sur l’éthique du plein air et les sept principes Sans trace

Initiation à l’éthique du plein air

Surveillez mon prochain article : Une boisson chaude pour votre prochaine sortie ?